Traiter la lèpre et la vie continue

Traiter la lèpre et la vie continue

Pour Hadidja, 18 ans, tout a commencé avec quelques petites tâches qui démangent, sur ses membres inférieurs. Rien de bien alarmant, quoi que gênant. Du coup, Hadidja ne parlait pas de ses symptômes, elle les cachait.

Elle avait aussi une lésion insensible à un pied, et les nerfs hypertrophiés aux deux pieds.

Quand sa maman a découvert ses taches, elle a directement pensé à une mycose. Elle l’a emmenée voir Abdoul, agent de santé d’Action Damien aux Comores. Et Abdoul l’a accompagnée à une consultation pour la dépister de la lèpre.

Une fois le diagnostic établi, Hadidja a été soulagée. Avoir la lèpre ne la rendait pas heureuse, car il s’agissait d’une « vraie maladie » et elle devait suivre le traitement à la lettre. Mais elle savait que les taches disparaîtraient, ce qui était une bonne nouvelle.

Autre bonne nouvelle pour Hadidja : être atteinte de la lèpre ne l’empêchera pas de se marier dès que possible avec son futur époux !

Vous voulez réagir ou poser une question à propos de cet article?

Faites-le