Tuberculose

Tuberculose

La tuberculose ou tbc est provoquée par un bacille très proche du bacille de la lèpre. Il a été découvert et décrit en 1882 par le bactériologue allemand Koch. Il est d’ailleurs appelé "bacille de Koch" depuis ce jour.

Contamination par inhalation des bacilles

La contamination se produit généralement par inhalation des bacilles qui sont expulsés lorsqu’un malade de la tuberculose tousse. Un contact inoffensif avec la bactérie ne conduit pas automatiquement à la maladie. L’infection ne s’étend généralement par les vaisseaux sanguins que dans un organisme affaibli ou si la quantité de germes de la maladie est particulièrement élevée.

En l’absence de traitement, les tissus pulmonaires des malades de la tuberculose pulmonaire se décomposent littéralement. Dans ce cas, les chances de survie ne dépassent pas 50%. Il n’est pas étonnant que 1,5 million de personnes meurent chaque année dans le monde des suites de cette maladie.

Notre tâche ? Soigner la tuberculose !

La tuberculose est guérissable, et même très simplement. Des médicaments efficaces existent à des prix tout à fait abordables. Action Damien œuvre de manière systématique, souvent en combinant la lutte contre la tuberculose et contre la lèpre.

Dépister la tuberculose
Le diagnostic de la tuberculose ne peut être posé avec certitude que par une analyse microscopique des crachats du malade. S’ils contiennent des bacilles de Koch, la maladie est déclarée. Les symptômes et les radiographies ne suffisent pas pour poser un diagnostic sûr.

Traitement par la stratégie DOTs
Action Damien applique la stratégie DOTs (Directly Observed Treatment, short course). En français, cet acronyme se traduit par "traitement standard sous supervision directe". Cette méthode est essentielle pour empêcher le malade d'arrêter son traitement prématurément.

La tuberculose est la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes:

  • On estime que 15 à 20 millions de personnes sont malades actuellement dans le monde.
  • 8 à 10 millions de nouveaux malades développent la maladie chaque année. La moitié seulement est dépistée.
  • Dans le monde, une personne sur trois est infectée par le bacille.
  • Dans certains pays, plus de la moitié de la population adulte est infectée.
  • 1,5 million de personnes meurent de la tuberculose chaque année.
  • Une majorité de ces personnes a entre 15 et 44 ans.

Le monde s’est réjoui trop vite
L’intérêt porté à la tuberculose a considérablement diminué pendant une trentaine d'années, juqu'à la fin du 20e siècle. La maladie semblait sous contrôle, principalement grâce à de bonnes conditions de vie et de travail et à la découverte des antibiotiques. La maladie avait même perdu du terrain dans certains pays en développement grâce à des mesures appropriées. Un optimisme néanmoins prématuré.

Pourquoi une recrudescence de la tuberculose?
La tuberculose est redevenue l’une des plus grandes épidémies frappant les pays en développement. Et elle est à nouveau signalée en Occident. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène:

  • la pauvreté grandissante dans les villes
  • la difficulté d’accès aux équipements médicaux
  • la toxicomanie
  • l’immigration de personnes issues de pays où la tuberculose est fréquente.

Tuberculose et sida
La propagation du virus HIV contribue également à la dissémination de l’épidémie, dans nos régions et outre-mer. C’est ce que nous appelons la "co-infection tuberculose/HIV". En pratique, le virus HIV détruit les défenses immunitaires... et donc les cellules qui devraient pouvoir maintenir les germes de tuberculose sous contrôle.

Une approche internationale
Un grand nombre d’organisations internationales sont conscientes du danger et ont décidé de passer à l’action. Les ONG aussi ont décidé d'agir. Il s’agit souvent d’organisations qui luttent également contre la lèpre, comme Action Damien.

La tuberculose tue

Symptômes
Les tissus pulmonaires d’un malade tuberculeux se décomposent littéralement.
Les symptômes sont nombreux : quintes de toux (avec présence éventuelle de sang dans les expectorations), transpiration abondante, grande fatigue, perte de poids, douleur à la poitrine et détérioration générale de l’état de santé.
La mort survient parfois après seulement quelques mois ou dans les deux ans.

Quintes de toux
Certains malades expectorent des tissus pulmonaires morts qui sont toujours porteurs du bacille de Koch. On parle alors de "tuberculose ouverte". Ces malades sont extrêmement contagieux. Ils peuvent facilement infecter une dizaine de personnes de leur entourage proche chaque année.

Une mort rapide
Sans traitement, un malade de la tuberculose n’a que 50% de chances de survie. Les chances de survie sont plus faibles encore si le patient est atteint d’une forme multirésistante de la tuberculose ou s’il vit dans un pays n’offrant aucun traitement contre la tuberculose. Avec un bon traitement, 95% des malades guérissent.

Victimes célèbres
La tuberculose n’épargne pas plus les célébrités que les anonymes. Citons notamment :
* Voltaire (1694-1778), écrivain
* Sir Walter Scott (1776-1832), écrivain
* Niccolo Paganini (1782, 1840), violoniste
* Edgar Allan Poe (1809-1841), écrivain
* Frédéric Chopin (1810-1841), compositeur
* Alfred de Musset (1810-1847), écrivain
* Emily Brontë (1818-1848), écrivain
* Edward Grieg (1843-1907), compositeur
* Franz Kafka (1883-1924), écrivain
* Amadeo Modigliani (1884-1920), peintre
* George Orwell (1903-1950), écrivain

Projets combinés

Dans les années 70, nos collaborateurs qui luttaient contre la lèpre au Congo ont constaté l'importance de la tuberculose. Ils ont rapidement mis sur pied des projets combinés. Les moyens financiers étaient ainsi utilisés à la fois contre la lèpre et la tuberculose.

Similitudes
La lèpre et la tuberculose semblent totalement différentes, mais elles ont beaucoup de similitudes. Toutes deux sont des maladies de la pauvreté guérissables. Et ces analogies se retrouvent sur le plan des bacilles, des médicaments et des traitements.

Évolutions opposées
Pendant des années, le nombre de malades de la lèpre a été en constante diminution, tandis que la tuberculose augmentait. Aujourd'hui, les chiffres sont stables: environ 220 000 nouveaux malades de la lèpre chaque année, contre plus de 8 millions pour la tuberculose. Voilà pourquoi, ces dernières années, Action Damien a aussi développé des projets exclusivement consacrés à la lutte contre la tuberculose.

Pas seuls à lutter
L’OMS, l’Union (internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires) et même l'ILEP (Fédération Internationale des associations contre la lèpre) ont également reconnu le danger d’une épidémie de tuberculose. Plusieurs membres de l’ILEP ont inclus la lutte contre la tuberculose dans leur programme, le plus souvent en la combinant avec la lèpre. Cependant, la tuberculose reste très présente malgré le déploiement de tous ces efforts.

Plus de 200.000
En 2014, les équipes médicales soutenues par Action Damien ont dépisté et traité 216.217 malades de la tuberculose, tandis que 2.318 personnes affectées par la maladie ont bénéficié d'aide pendant la même année et que 1.966 malades multirésistants (voir plus loin) ont entamé leur traitement.

Le DOTs en détails

Pour guérir, un malade de la tuberculose doit prendre entre deux et cinq médicaments différents par jour, pendant 6 à 8 mois. Il est très difficile de tenir ce rythme et beaucoup veulent arrêter ce traitement dès qu’ils se sentent mieux. C’est la pire des choses à faire. La maladie revient en effet et risque même de devenir résistante aux médicaments.

L’OMS promeut le DOTs
L’OMS promeut la stratégie DOTS
Pour prévenir ce risque, l’Organisation Mondiale de la Santé préconise l’application de la stratégie DOTs, un "traitement standard sous supervision directe à court terme". Concrètement, pendant les deux premiers mois, le malade doit prendre ses médicaments en présence d’une infirmière ou d’un membre de sa famille. On est donc certain qu’il les prend bien tous.

Bien mieux
Action Damien aide les gouvernements de 14 pays à mettre la stratégie DOTs à la disposition des malades. Selon des chiffres de l’OMS, 77% des malades de la tuberculose au monde vivent dans des régions où le DOTs est disponible. Un net progrès par rapport aux 22% enregistrés en 1995.

Un programme DOTs complet se fonde sur cinq éléments essentiels

  1. Le soutien actif des autorités locales.
    Sans la coopération des autorités locales, les nouveaux cas de tuberculose ne peuvent pas être dépistés. Et l’épidémie peut se propager davantage.

  2. Un diagnostic basé sur les crachats.
    Les symptômes cliniques et les radiographies ne suffisent pas à confirmer une contamination. Seule la présence de bacilles dans les crachats permet un diagnostic sûr. Dans les pays où le diagnostic n’est posé qu’à partir de radiographies, bon nombre de personnes sont traitées alors qu’elles ne souffrent pas de tuberculose.

  3. Un traitement complet.
    Les personnes qui présentent des bacilles de Koch dans les crachats ont plus de risques de mourir et sont très contagieuses. Elles peuvent facilement infecter une dizaine de personnes de leur entourage. Il est essentiel que chacune suive un traitement complet de 6 à 8 mois et sous supervision directe.

  4. La disponibilité des médicaments.
    Des médicaments très efficaces contre la tuberculose existent. Ils peuvent définitivement guérir 95% des malades.. pour autant que ceux-ci les reçoivent chaque jour, pendant tout leur traitement. Il est donc essentiel que ces médicaments soient disponibles à tout moment et sans interruption.

  5. Un système de rapportage standardisé.
    Tous les cas diagnostiqués doivent obligatoirement être rapportés, de même que les résultats du traitement. Seul ce système standardisé permet de suivre correctement et de modifier, si nécessaire, le combat contre la tuberculose.

24 mars: journée mondiale de la tuberculose

Le 24 mars a été décrété Journée mondiale de la tuberculose. C'est un jour exceptionnel, qui est l'occasion de remettre l'accent sur la maladie. Mais c'est aussi un jour comme tous les autres: les équipes médicales soutenues par Action Damien combattent cette terrible maladie 365 jours par an.

Un tiers du monde infecté
La tuberculose pourrait se résumer en quelques chiffres, souvent à faire peur. Ainsi, un tiers de la population mondiale est infecté. Et, à chaque seconde, une nouvelle personne est infectée par le bacille.

8 à 10 millions de malades
Heureusement, contamination ne signifie pas automatiquement maladie. Mais un autre chiffre terrible nous vient: entre 8 et 10 millions. C'est le nombre de personnes qui, chaque année, tombent malades quelque part dans le monde.

1,5 million de morts
Heureusement, la tuberculose est guérissable. Pourtant, elle tue chaque année un million et demi de personnes. Si elle est mal ou pas soignée, la tuberculose est mortelle. Mais la mort n'est pas une fatalité. Et, tous les jours, les équipes locales d'Action Damien cherchent de nouveaux malades pour leur donner le traitement adéquat.

Vous voulez sauver une vie vous aussi? C'est possible, et tout de suite !

La tuberculose multirésistante

Un malade de la tuberculose se sent mieux après quelques semaines de traitement. Il a alors souvent tendance à arrêter son traitement, qui est très éprouvant - de deux à cinq médicaments différents à prendre chaque jour, pendant 6 à 8 mois.

Les bactéries se renforcent
Mais si le malade stoppe momentanément son traitement, certaines bactéries peuvent survivre et peut-être même se multiplier. Le résultat est immédiat : des bacilles plus forts, voire résistants aux antibiotiques.

Expansion
Plus grave: le patient transmet alors ces bacilles résistants à d’autres personnes, qui développent une forme résistante de la tuberculose sur laquelle les médicaments habituels n’ont aucun effet. Et l’épidémie continue ainsi à s’étendre.

Le DOTs
C'est précisément pour éviter un tel scénario que la stratégie DOTs a été introduite.

Vous voulez réagir ou poser une question à propos de cet article?

Faites-le